Friday, October 06, 2006

Call to UN Security Council to Extend Monuc - in French

Le 25 septembre 2006

United Nations Security Council
One United Nations Plaza
New York, NY 10017

Via Fax


République Démocratique du Congo: Lettre ouverte aux membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies

Alors que le Conseil de Sécurité des Nations Unies se réunit ce mois-ci afin de discuter de l’avenir de la Mission des Nations Unies en RD Congo, des organisations humanitaires et de droits de l’Homme, des mouvement de base et d’inspiration religieuse, appellent le Conseil de Sécurité à renouveler et à étendre le mandat de la MONUC ainsi qu’à s’assurer que celle-ci est suffisamment financée.

Depuis 1997, le conflit a eu pour résultat la mort de 4 millions de personnes, la fuite de 450 000 Congolais vers les pays voisins et le déplacement de 1.6 millions de personnes. Malgré la signature d’accords de paix en 2003, suivis de quelque progrès, des combats sporadiques font encore de nombreuses victimes parmi les civils, alors qu’attaques localisées, meurtres, viols et pillages se poursuivent, particulièrement dans l’Est du Congo. L’insécurité entrave l’accès humanitaire et complique la livraison de l’aide indispensable.
Le 30 juillet 2006, 17 millions de Congolais démontraient leur désir d’un processus pacifique et démocratique au Congo en exerçant un droit de l’homme élémentaire qui leur avait été refusé pendant 40 ans : ils ont voté. Malheureusement, lorsque la Commission Electorale Indépendante annonça la nécessité d’organiser un second tour, des manifestations de violence éclatèrent dans la capitale Kinshasa. La MONUC joua un rôle majeur dans le rétablissement de l’ordre dans la ville et continue de restaurer la confiance pour que le second tour des élections puisse se dérouler sans recourir à la violence.
Bien que la protection de ses citoyens relève fondamentalement de la responsabilité du gouvernement de la RDC, la MONUC joue un rôle essentiel en maintenant une paix fragile et en soutenant l’aide humanitaire. La MONUC a pour tâche de fournir l’environnement sécuritaire nécessaire qui facilitera le retour des personnes déplacées dans leur foyer, un processus qui laisse les civils gravement exposés et qui prendra de nombreux mois, pendant lesquels ils compteront sur la force des NU pour les protéger. La MONUC doit aussi créer l’environnement sécurisé qui permette aux organisations humanitaires de délivrer de la nourriture, des médicaments et toute autre aide vitale, à travers le pays. On estime que les routes, les ponts, les véhicules et les lignes de communications resteront inadéquats pendant des années.
Réduire l’effectif de la MONUC et affaiblir son mandat saperait les avancées effectuées jusqu’ici en matière de reconstruction et de démocratie au Congo et, pire, pourrait annuler les progrès déjà obtenus. C’est pourquoi nous demandons au Conseil de Sécurité de :

· S’assurer que la MONUC maintienne son effectif actuel et maintienne son mandat du Chapitre Sept jusqu’à ce qu’une paix plus stable soit établie.

· Financer correctement la MONUC afin qu’elle bénéficie de ressources suffisantes pour être capable d’exécuter son mandat.

Organiser les priorités de la MONUC pour assurer que l’Armée Nationale de la RDC soit pleinement financée, suffisamment dotée en personnel, adéquatement formée et respectueuse des droits de l’homme.

Démontrer son engagement à long-terme à réformer le Secteur de la Sécurité en mandatant la MONUC pour aider à créer une force de police professionnelle à même de remplir convenablement ses devoirs. Ce sera un processus de longue durée, qui nécessite le plein soutien de la communauté internationale.

S’assurer que des ressources suffisantes et des méthodes appropriées sont consacrées au processus continu de démobilisation, désarmement et réintégration des anciens combattants dans la société afin de prévenir de violentes rechutes.

Nous demandons aux membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies de renouveler et étendre le mandat de la MONUC au niveau de la force actuelle et d’assurer un financement suffisant pour stabiliser le Congo dans la période post-électorale. Le rétablissement de la paix et la de la stabilité en RDC, n’est pas seulement nécessaire au peuple congolais, il est aussi vital pour la stabilité et la prospérité de tout le continent.


Respectueusement vôtre,

Africa Faith & Justice Network

American Jewish World Service

BVES: Bureau pours le Volontariat au service de l’Enfance et la Sante

CARE USA

Catholic Relief Services

Congo Action Network

Congolese Community of Southern California

COPPAC: A Pluralist Organization of Congolese Patriots

Dignity, Inc.

En Avant Congo

Franciscans International

Friends of the Congo

Global Witness

Mama Makeka House of Hope

Norwegian Refugee Council

Open Society Policy Center

Oxfam International

Initiatives Femmes Enfants et Developpement

International Rescue Committee

Peace and Solidarity in Africa

Run for Congo Women

Sisters of Notre Dame de Namur

The Bayindo Group SA




CC:

United Nations Secretary-General, Kofi Annan
United Nations Deputy Secretary-General, Mark Malloch Brown
United Nations Under-Secretary-General for Peacekeeping, Jean-Marie Guéhenno
United Nations Under-Secretary-General and Emergency Relief Coordinator, Jan Egeland
Special Representative of the United Nations Secretary-General for the Democratic Republic of the Congo, Ambassador William Lacy Swing

No comments: